Fail #01 – J’ai envie d’déblatéré sur les otome games plutôt que d’dormir.

Bon, eh bien, salut ! C’est alors que je souffre d’une légère insomnie et que j’suis prise d’une brutale envie d’écrire que j’commence cet article sur un sujet brulant, passionnant et ab-so-lu-ment génial…isime ! Les otome games (et leurs adaptations en anime) ! Pour tout dire j’ai passé la soirée à regarder Uta no Prince-sama et à m’taper des barres sur l’originalité de l’histoire et des personnages alors voilà.

Tout d’abord un Otome game qu’est-ce que c’est ?

Commençons par un petit exercice de traduction, otome signifie jeune fille/ vierge et game qui veux dire jeu (wah j’vous en apprends des choses pour le moment, c’est fou). Mais un jeu pour jeune fille ça ne vous évoque pas grand chose (sauf peut être… Non non non pour le moment on vire les pensées impies de son cerveau (même si, on y viendra (on y vient toujours…)))… Concrètement un otome game est un jeu de type Visual Novel dans lequel nous incarnons une jeune donzelle dont l’activité principale sera de pécho du bishônen (beau garçon) à la pelle, c’est donc le penchant féminin du galge ou même de l’eroge, parce que ouais les otome game pas si otome que ça, ça existe.

C’est un genre de jeu que pour tout dire j’aime bien, mais pour une raison assez bête au final, non je n’suis pas spécialement touchée par un bishônen qui lance de belles paroles ou en émoie devant une scène follement osée où « 0h m0N diiEu iiL €nBr@sse Léroiine kyaaaa loliilO0oOl neko !!!! *insère pleins de smiley msn tous plus géniaux et hors contexte les uns que les autres* » (ou un truc du genre quoi…) mais parce que les seiyuu (doubleurs) sont juste les meilleurs de l’animation japonaise. J’veux dire quand dans un Starry Sky tu t’retrouves avec Ono Daisuke (Itsuki Koizumi), Hiroshi Kamiya (Koyomi Araragi), Jun Fukuyama (Lelouch Lamperouge), Tomokazu Sugita (Kyon) et j’en passe, c’est genre ça qui m’fait adorer l’jeu et l’anime.

Le premier Otome Game auquel j’ai joué était Love Revo sur émulateur DS on d’vait être durant l’été 2009, j’avais probablement pas grand chose à faire entre deux épisodes de la saison 2 de Suzumiya et donc j’téléchargais pleins d’trucs débiles et inutiles, enfin bref. Eh bah c’était un jeu tout en japonais (donc j’y comprenais absolument rien), non doublé, mais on jouait une pauv’e fille obèse qui avait été reine de beauté dans l’passé mais qui avait sombré dans les gâteaux en forme de poussins et que son meilleur ami obligeait à maigrir et vraisemblablement apparemment (hum…) trouver un mec et ça m’faisait bien rire (remarquez que le scénario est tellement limpide que même en ne lisant pas un mot de japonais j’en avais compris les bases), j’avais même un personnage préféré, le genre cool qui s’fout tout l’temps d’ta gueule de grosse, médecin scolaire, avec des écouteurs et des cheveux blancs en queue d’cheval, bref il avait la classe mais j’ai jamais compris comment on faisait pour ne pas avoir un Game Over donc au bout de je ne sais plus combien d’mois (dans l’jeu) ta rivale se foutait d’ta gueule et t’étais bon pour recommencer dans la joie et la bonne humeur. Sinon ce jeux possédait en plus du coté VN des phases où tu organisais les journées/ semaines de ta grosse, histoire qu’elle le soit moins grosse, en lui faisant faire du sport et moins conne en lui faisant faire diverses activités enrichissantes telles que lire un livre ou surfer sur le net. Bref à ce que je sais, ce jeu n’a jamais été adapté en anime donc voilà.

Voilà la cover de la version ps2 (elle est mieux que la cover DS). Oui on joue la grosse à droite.

Ensuite j’ai vaguement jouer à Hakuouki après avoir vu l’anime (toujours sur émulateur DS) mais Hakuouki ne m’a jamais vraiment convaincu que se soit l’anime qui nous engage sur l’arc du personnage masculin principal (mais de loin pas mon préféré) Toshizou Hijikata ou le jeu qui même si il est beau avec de bons doubleurs etc., était un peu lent au final (surtout quand on peut rien lire et qu’on fait que faire défiler le texte en comprenant un mot sur six des scènes doublées). Dans la même période j’essayais Hiiro no Kakera, une histoire avec des yokai et tout, genre sympa mais au final j’en ai pensé la même chose que de Hakuouki. Et d’autre dont j’ai encore moins d’souvenirs.

Bah rien d'extraordinaire.

Puis j’ai continué ma vie, et un jour en trainant sur des sites de VN à regarder des sample CG et écoutant des sample voices (d’ailleurs écouter des sample voices d’eroge, ça m’fait toujours bien rire) je suis tombée sur le site de Starry Sky et là, j’ai trouvé ça super cool, enfin les doubleurs quoi. Genre c’était un peu comme ouvrir un cadeau, tu t’demandes c’que tu vas entendre et dès qu’tu, l’entends tu t’dis « Trop bien, c’est la voix d’Tomoya ! =D » ou « Oh le doubleur de Kyon ! =o » ou encore « ‘tain pourquoi y faut qu’y ait c’doubleur carrément nul qui double Makoto le looser… D: » désolée pour ceux qui aiment Daisuke Hirakawa mais j’le trouve vraiment mauvais… Ainsi quelques mois après, est sortit l’anime Starry Sky qui lui, contrairement à, par exemple, l’anime Hakuouki à voulut faire voir un peu tout les arcs et ça fait qu’au final rien n’est vraiment fini et donc c’est pas bien… Même si l’anime fait intervenir Shiki (doublé par Mamoru Miyano) du signe du serpentaire. Parce que oui, dans Starry Sky chaque personnage à un signe astrologique différent (même que je suis poisson et que le personnage qui l’est, c’est un peu le yankee au grand coeur mais un peu gravement malade doublé par Tomokazu Sugita donc ça fait cool =) ), qu’on est dans une école où les gens étudient des trucs qui ont plus ou moins avoir avec les étoiles genre de l’astronomie à l’astrologie et d’ailleurs en passant comme par hasard on incarne la SEULE fille de l’école (genre ça m’étonne pas qu’elle ait du succès tiens). Eh bah franchement, le jeu est pas mal j’ai joué à Spring en anglais et franchement, pour un otome game j’trouve que les perso’ sont pas supers clichés (j’vais parler d’ Uta no prince après et j’peux dire par rapport à ce dernier les personnages sont carrément trop-originaux-mon-dieu-mais-c’est-trop-des-fous-ceux-qui-les-ont-créés) genre t’as pas de « monsieur sérieux » tout l’temps super sérieux, de « monsieurs beau-gosse-riche » qui peut avoir tout c’qui veut, il est riche, eh. Et, ça, ça fait plaisir. Par contre s’qui m’fait trop rire c’est que Tsukiko, l’héroine, a pas d’yeux dans tout la première série de jeu et qu’encore mieux dans les Afters t’as carrément l’choix d’lui en mettre, ou pas. (Un jour j’en ai parlé à quelqu’un qui m’a dit que c’était glauque.)

Et donc pour finir Uta no Prince-sama – Maji Love 1000% bah comme pour Starry Sky j’étais tombée sur le site officiel en trainant sur le web et donc quand j’ai vu que l’anime devait sortir j’me suis dit « cool une adaptation d’otome game ça peut être drôle voir même cool =D » (j’étais naïve…). Nous sommes début juillet 2011 je reviens tout heureuse de la Japan Expo, je m’installe devant mon ordinateur et vais joyeusement regarder les nouveaux anime d’été et après avoir regardé un épisode de Ro Kyu Bu avant d’me dire « … Attends… Ça serait pas… nul ? Hum… Si. » j’me décide à regarder Uta no Prince-sama et là, dès les premières secondes, j’me prends une claque autant visuelle que sonore :

J’ai vraiment rit pendant toute la durée du truc en m’foutant bien d’leurs gueules, j’sentais qu’ça allait être du lourd (et par forcément dans l’bon sens du terme) eh bah j’avais raison. Alors Uta no Prince en quelques mots, Haruka est une fille gentille mais un peu conne et vraisemblablement aveugle (‘fin regardez un peu la couleur des ses yeux quoi…) qui adooooore la musique et sur Hayato-sama parce qu’un jour elle faisait une crise de panique au milieu d’la grand’ville parce que « oh là là, y a des gens en ville D: » puis elle a entendu la chanson d’Hayato et à s’moment elle c’est sentit trop heureuse et tout, et tout, et même plus encore. Puis son rêve ça devient de composer une chanson pour son idole donc elle rentre dans une école spécialisée pour les gens qui veulent faire de la musique et se retrouve bien vite entourée de bishounen qui n’ont d’yeux que pour elle. (comme quoi avoir les yeux jaunes ça a du charme… j’ai comme un doute… peut être que… Naaaan, ça s’fait pas d’abuser des jeunes filles aveugles, nan ?) D’ailleurs en parlant d’ces bishounen y en a aucun d’potable franchement, Satsuki ou le chat à la limite (genre le premier c’est la deuxième personnalité de Natsuki, un gars débile à lunettes qui aime les trucs mignons et qui devient un peu un badass quand il enlève ses lunettes genre qui insulte les gens et les frappe un peu pour rien et qui peut péter un arbre d’un coup d’poing à la Shizuo, le deuxième est un chat magique qu’y s’transforme en prince d’une civilisation un peu oublié d’une ile paumé, et qui en plus, le pauvre, a un nom d’fille (Cecile (parce que autant sans « e » ça m’aurait pas choqué (genre comme le héros de FFIV) mais là…) Bref.) tout est normal on est dans la tête d’une aveugle… ou d’une droguée peut être…) entre le gars toujours sérieux qu’y vient d’une famille traditionnelle japonaise super sérieuse contre le fait qu’y soit une idole ou le gars toujours content qui tombe amoureux d’l’héroine dès l’épisode 2 ou le personnage qu’y m’ennerve le plus, le mec riche qui a toute les filles à ses pieds et qui met parfois des mots anglais au milieux d’ses phrases alors qu’il est pas étranger à c’que j’sache… Sinon c’est sympa à regarder en fait, c’est juste pleins d’bishounen avec un charisme proche de celui d’une huitre et des personnalités et dans des situations revues de milliers d’fois. Sinon j’en veux à Uta no Prince-sama de faire doubler son trap par l’un d’mes doubleurs préférés après j’peux pas m’empêcher de travestir tout les autres personnages qu’il a doublé (allez imaginer Tomoya Okazaki en fille, ça fait bizarre vous verrez…)

Sinon les chansons qu’y chantent sont sympa (j’ai bien celle de Satsuki justement).

Voyez bien les charmants yeux jaunes et vides de l’héroïne.

It's a trap !

Là j’ai envie d’conclure mais j’vais parler encore un peu (en passant si vous avez tout lu Bravo !!! )…

Donc les otome game avec des scènes de sexe dedans bah ça existe j’dois dire qu’actuellement, à 9h du mat’ et sans avoir dormis, j’ai qu’un seul exemple en tête c’est Ijiwaru my master en clair vous êtes une maid et puis logique votre/vos très cher(s) maitre(s) va/vont bien en profité et demandé(s) des services spéciaux~~ (héhé) (ou un truc du genre quoi) mon plus grand souvenir sur ce jeux étant un sample voice d’un perso à la voix endormie qui chantait une chanson sur les pancakes… Mais j’y jouerais bien tiens… J’l’écrirais si j’le fais.

Sinon j’viens d’repenser à Duel Love, qui devait être en anglais, quoi que, et qu’y m’a un peu traumatisé… On devait éponger des boxeurs et quand tu soignais ses blessures (et même quand tu l’épongeais d’ailleurs) y faisait une tête on aurait presque dit qu’tu l’violais… (limite y avait les bruitages qui vont avec…)

Sans commentaire, l'image parle d'elle même...

Fail #0 – Bienvenue !

Bon ça commence ?

Hum (hum)… Euh… Alors… Hum… *stress* Bienvenue sur Otakudere, le blog des joyeux otakus faileux (et un nouveau mot ! Un ! ) !

Bon, tout d’abord, nous sommes (donc nous pensons (…*sort*)) : Des otakus. Des filles (plus ou moins des fois on a des doutes (mais pas des futa’ ni même des Hideyoshi)). Bon, maintenant tout l’monde est parti ? Tant pis on va continuer, parler dans l’vide ça nous connait.

Tout d’abord votre première charmante (encore plus ou moins) rédactrice, Mayu. Hum… donc, qui suis-je ? Je suis lâche et bordélique. Voilà.

Plus sérieusement bah je suis donc une otaku, j’aime les japoniaiseries en tout genre, donc je suis (très) pauvre, les trucs moe (les meganeko, les tsundere, les yandere, les gens avec des oreilles d’animaux, les kuudere, les maids, Mio, etc),les chats, les sous-entendus, les blagues salaces, je suis une fétichiste des mains, j’aime jouer aux visuals novels, trainer sur des image bord, écouter Tsumugi (en ce moment y a Rurun Riru Ranran Rara =D), sinon j’aime pas, le sport (sauf en jeux vidéo), les chiens (en général), quitte à vous racontez ma vie j’aime pas les poires, les bananes, les betteraves, les oeufs dures, le fromage (Comme Yune ! \o/), j’aime lire, dormir, glander, comater, et puis voilà ça doit être tout, je crois.

A part ça, j’suis rousse. (Ça y est on les a perdus nos 3 derniers lecteurs…)

Bon, présentation de la seconde faileuse !! Hum… à part faire un copier/coller de la présentation de Mayu je vois pas quoi dire. Aloreuh… Je suis Miyuki, 15 ans ( mais ça changera le jour de mon anniversaire ) !! Je suis chiante et inculte ( ça dépend des jours ). Je suis une otaku ( novice ), hum .. ben idem, j’aime les trucs moe, pas trop les chats mais beaucoup les chiens, aussi les blagues salaces (elle m’a piqué mon goûts ), et les trucs de mauvais goûts etc… etc… J’aime pas les radis, les betteraves, les haricots verts, le chou ( tout les choux ), j’ai une espèce d’aversion pour les Tsundere ( j’ai juste envie de les taper ), pour les gens qui font des profils facebook sous le nom d’un gens manga et surtout les ‘ricains (c’est plus ou moins du racisme) !! Je suis sadique, légèrement masochiste et j’aime les câlins ~

Et pour rassurer tout le monde je suis pas rousse mais blonde (Ça y est on a récupéré du monde !!)

~Un Take on me et une référence à Pokémon plus tard.~

Ce que nous avons en commun à part le pavé de présentation c’est que nous sommes des grosses stalkeuses, yandere, fujoshi mais on aime quand même le hentai (Miyuki : et plus spécialement l’inceste) \o/ (Même si Miyuki ne connait pas Bible Black… quelle honte…) (Ah encore quelques visiteurs ? =D)

Sinon une petite explication rapide du pourquoi du comment du choix du nom. Hé bah on s’demandait comment nommer notre futur et sans doute tout meugnon blog qui devait venir à naître et puis on c’est dit « Qu’est-ce qu’on aime ? », après quelques minutes de réflexion intense, on a proposé des trucs genre tsundere, kuudere, yandere etc… et on c’est dit TsunOtak’ mais comme on est pas des tsun, ça l’faisait pas, puis ensuite vint Otak’dere mais une réflexion très pertinente nous fit basculer vers notre nom actuel, Otakudere ! Et on c’est dit « C’est pas si mal… » et comme on est des grosses flemmardes on l’a gardé ! Voilà~

Ciao~